Le rôle du sucre dans l’alimentation

En ce moment je suis clouée sur mon canapé par un méchant lumbago (à une semaine de mon 100 kms… vraiment pas de chance), je continue donc sur l’un de mes sujets de prédilection du moment, l’alimentation, ou comment l’industrie agro-alimentaire contribue à nous empoisonner au quotidien… Il y en a des choses à dire…

Après les allergies au gluten, lactose, sulfites, on va parler du sucre. Ca tombe bien puisque je viens de tomber sur le hors série de 60 millions de consommateurs du 12 avril, qui s’intéresse aux aliments qui nous empoisonnent.

Selon le magazine, 80% du sel que nous absorbons provient des aliments transformés. 70% des sucres sont ajoutés dans des aliments… salés ! La vinaigrette, le ketchup…. Il faut savoir que le pain de mie est plus salé qu’un paquet de chips, ce ne sont que quelques exemples.

Le sucre

Il y en a partout, y compris donc dans les produits salés. On parle beaucoup en ce moment de l’indice glycémique des aliments (IG), en disant qu’il faut privilégier les produits donc l’IG est bas.

Pourquoi le sucre est-il mauvais pour la santé à haute dose ? Et pourquoi privilégier un IG faible ?

Plus l’indice glycémique d’un aliment est élevé, plus le sucre passe rapidement dans le sang, c’est pour ça qu’on distingue généralement les sucres rapides des sucres lents. Plus on mange de produits à indice glycémique élevé, plus notre taux d’insuline augmente (l’insuline c’est l’hormone qui régule le taux de sucre dans le sang). Cette augmentation d’insuline est suivie d’une baisse de la glycémie, ce qui est logique, mais qui conduit donc immédiatement à un coup de mou, ce qui explique pourquoi plus on mange de sucre, plus on a faim et plus on a besoin de manger de sucre pour compenser ce coup de barre. C’est un cercle vicieux. Ce qui explique aussi pourquoi on a souvent un coup de barre après le déjeuner, l’envie irrépressible de faire une sieste.

Donc de préférence, il faut consommer des produits à IG bas.

Quid des pâtes ? Elles font partie des sucres lents, mais le mieux est de remplacer de temps en temps les pâtes par du riz complet ou des lentilles. Les lentilles ont une valeur nutritive infiniment supérieure à celle des pâtes. Les lentilles sont une véritable mine d’or, elles ont un IG très faible, contiennent des protéines végétales (excellent pour les végétariens par exemple), sont très riches en minéraux, magnésium, potassium entre autres.

 

 

 

 

 

Quel rapport avec le sport ?

On l’a vu plus haut, les muscles utilisent deux sources d’énergie : les sucres (ou glucides) et les graisses (ou lipides). Tout dépend de l’intensité à laquelle on court. Plus on court lentement plus les lipides vont servir de source d’énergie, si on court vite, ce seront les glucides. Nos réserves en glucide sont infiniment moins importantes que nos réserves en lipide, d’où le fait de courir lentement à l’entrainement pour habituer son corps à puiser dans les lipides.

Et au bout d’un moment de toute façon, le corps ne pourra plus assimiler de sucre du tout, d’où ce sentiment d’écoeurement au bout de 4 ou 5 heures de course par rapport au sucre.

Comment faire au quotidien ?

Comme je le disais ici, je ne me prive de rien en terme d’alimentation, de toute façon, même les légumes poussent avec des pesticides, mais j’essaie d’être vigilante.

  • J’essaie de supprimer au maximum les sucres ajoutés de mon alimentation, on en mange tellement tout le temps qu’il n’est vraiment pas nécessaire d’en rajouter.
  • je ne sucre ni le café ni le thé ni les yaourts
  • je fais ma propre confiture (1 kg de fruit pour 150 gr de sucres max)
  • je remplace systématique le sucre par du miel dans les gâteaux. Du bon miel pas le miel du supermarché dans lequel on rajoute… du sucre.
  • je remplace les pâtes quand je peux par des pâtes au blé complet
  • je consomme le plus possible des lentilles. 
  • Ne pas avoir peur des lipides, à l’inverse des glucides, on en a besoin (cf plus haut), un autre aliment est une mine d’or pour la santé, l’avocat.  il contient essentiellement de l’eau (70%), un peu de protéines, des lipides (15%, omega 9), un peu de glucides (9%), des fibres, et pleins d’oligo-éléments, du potassium (excellent pour les muscles), du magnésium, du zinc, du fer. Il est très riche en vitamines.

  • je consomme très très peu de produits transformés, pas de conserves,
  • je privilégie les oeufs et les viandes blanches à la viande rouge. Je n’ai pas supprimé la viande rouge, mais quand j’en mange j’essaie de savoir d’où elle provient, et je ne l’achète pas sous vide dans le supermarché, je préfère en manger beaucoup moins mais de qualité.
  • La charcuterie c’est un peu compliqué parce que j’aime ça 🙂 Mais comme la viande j’en achète moins, mais de qualité.
  • pour les desserts, je me fais plaisir avec des fruits, tarte au fraises, aux pommes, clafoutis, et je n’hésite pas à me faire plaisir, en rajoutant de la glace ou de la chantilly. Mais je n’ai rien contre le gâteau au chocolat…
  • Le chocolat ? Oui encore et toujours, mais noir à plus de 70%, une fois qu’on a pris l’habitude de déguster du chocolat noir, on ne peut plus manger de chocolat au lait.

Le goût du sucre c’est une habitude, le sucre appelle le sucre, il faut vraiment faire l’essai de diminuer sa dose de sucre quotidienne. Quand on prend l’habitude de manger moins sucré, je n’ai pas dit plus de sucre du tout, on trouve les yaourts aromatisés ou les crèmes au lait des supermarchés par exemple, hyper écoeurants.

 

 

2 réflexions au sujet de « Le rôle du sucre dans l’alimentation »

  1. Marrant on doit partager pas mal de lectures communes ! Je m’y suis vraiment intéressé depuis 4 ans lorsque j’ai commencé à faire ce que je croyais une allergie alimentaire. En fait cela serait plutôt un urticaire spontané chronique. Ce qui n est pas non plus agréable. Mais comme toi je fais maintenant relativement attention à mon alimentation et évite autant que possible les produits contenant sucre ajouté (comme dans le jambon!) sulfite (figues séchés, abricots sec raisin sec etc) , sels d aluminium, colorant en tout genre et autres conservateurs chimiques dont sont farcis les gels douches, shampoing, dentifrices etc…

    • Ca m’a pris du temps pour trouver ce qui me rendait malade, on mange rarement un seul aliment durant un repas. Le problème des sulfites est qu’ils sont très rarement signalés, mais effectivement le mieux est de rester vigilant en évitant le plus possible les produits transformés et le sucre ajouté.

Laisser un commentaire