Les bienfaits du gainage

Je ne sais pas si c’est le temps maussade, dans le sud on n’a vraiment pas l’habitude de ce temps gris, mais je vais continuer sur le thème des bobos liés à l’âge, même si dans mon cas personnel, c’est finalement un peu l’inverse qui se produit.

Je pratique donc la course à pied depuis une trentaine d’année, et j’ai des problèmes de dos depuis encore plus longtemps que ça. Mes problèmes de dos n’ont donc pas été causés par la pratique de la course à pied, ils sont antérieurs, je n’ai jamais eu mal en courant, je ne suis jamais rentrée d’un footing le dos douloureux. Je ne vais pas non plus courir quand j’ai mal au dos. Je ne suis pas maso 🙂 je ne ferai pas des sorties le dimanche durant 3 heures si j’avais mal en courant.

Des problèmes de dos, tout le monde en a. Les miens sont relativement classiques,  la scoliose, la discarthrose, la discopathie, l’arthrose bien sûr (ça c’est l’âge, vous pouvez à peu près deviner l’âge de votre interlocuteur quand il vous parle d’arthrose :-)), et d’autres petits soucis qui ankylose régulièrement ma pauvre colonne vertébrale.

La plupart de ces problèmes sont dus à un stupide et banal petit accident vers l’âge de 15 ans. Heureusement à cette époque j’avais la chance d’aller chez un médecin spécialisé dans le sport qui m’a tout de suite expliqué que le dos était maintenu par les abdos et que si je voulais avoir une chance de m’en sortir sans trop de douleurs je devais avoir des abdos en béton pour compenser mon dos « en assez mauvais état ». Je pense que j’ai vraiment eu de la chance, parce que le discours il y a 30 ans, c’était plutôt « surtout tu ne bouges plus, tu ne fais plus rien ». On entend encore malheureusement parfois ce genre de discours, de moins en moins.

Je l’ai écouté, j’ai régulièrement fait des abdos, en salle ou toute seule chez moi, visuellement parlant je dois dire que ça ne s’est quasiment jamais vu, c’est mon seul regret, je n’ai jamais eu les jolis abdos que l’on voit dans les magazines, sans doute manquais-je un peu d’assiduité dans les exercices ? ou sans doute avais-je tendance à abuser du chocolat pour compenser ces minutes d’effort intensif ? 🙂

Mais peu importe, pendant toutes ces années, j’ai eu régulièrement 2 ou 3 « blocages » par an, des gros blocages, durant lesquelles je restais allongée sur mon lit sans pouvoir bouger pendant une semaine, le reste du temps j’allais bien et je pouvais courir.

Il y a cinq ou six ans j’ai traversé une année un peu plus difficile, je ne sais pas pourquoi. Beaucoup de séances de kiné (cervicales, lombaires, lombaires, cervicales, j’alternais, quelques mois de plus et on m’aurait laissé les clefs du cabinet de kiné, j’étais comme chez moi), beaucoup de souffrance durant les courses, je passais difficilement le cap des 30 kilomètres. Comme je l’ai déjà dit,  je ne suis pas maso, faire du sport en souffrant pour braver la douleur, c’est pas mon truc ! J’ai donc commencé à me poser pas mal de questions, et j’ai découvert en farfouillant sur internet, dans une quête désespérée au remède miracle,  le gainage.

Je m’y suis mise contrainte et forcée (je voue la même passion au gainage qu’à la natation quand j’avais 8 ans, c’est clairement ma « petite » corvée du jour), en me disant que de toute façon si ça ne donnait rien de bon, ça ne pouvait pas être pire que ce que je vivais. Petite anecdote, le record du monde de gainage est de 8 heures (il y a un gars quelque part dans le monde qui est capable de faire la planche pendant 8 heures !!). Mon record personnel est d’1mn30 🙂

Voilà tous les matins je fais la planche pendant 1mn30… 1mn30 comme sur la photo, suivi de 45 sec de chaque côté, c’est redoutablement efficace. Ca fait 3 ans que je ne me suis pas bloqué le dos (vraiment bloqué au point de ne pas pouvoir quitter mon lit de la semaine comme ça m’arrivait avant), j’ai toujours mal de temps en temps, j’ai toujours quelques journées « robocop » de ci de là, ou au contraire « angle droit » pliée en deux, surtout quand je jardine (ça tombe bien parce que je n’aime pas jardiner !) Mais rien en comparaison de ce que j’ai pu vivre.

1 toute petite minute et demi de gainage le matin et toujours quelques exercices d’abdo et des étirements après chaque sortie. J’essaie le plus possible d’étirer la colonne vertébrale.

Je ne suis pas médecin, ce qui est bon pour moi ne l’est pas forcément pour quelqu’un d’autre, je ne dis pas que le gainage peut remplacer les médicaments pour ceux ou celles qui en ont besoin. Mais je pense que le fait d’avoir une « posture » solide, et le gainage aide le corps à acquérir cette « solidité », même si on ne fait pas beaucoup de sport à côté, et à fortiori en fait si on ne fait pas beaucoup de sport à côté, ne peut être que bénéfique.

 

 

 

 

Laisser un commentaire