CCC – Courmayeur-Champex-Chamonix

Magnifique course de 101 kms, 6000 mètres de dénivelé, qui démarre en Italie, passe par la Suisse et finit en France. Pour Brice et moi elle s’est arrêtée à 72 kms, 4000 mètres de dénivelé.

Profil_CCC_2016

Petit récit d’une course « un tantinet » cauchemardesque.

Il faisait déjà très chaud ce samedi de fin août quand nous sommes partis à 9:00 du matin. Je supporte bien le froid (j’aime l’hiver, la montagne, la neige…), la pluie aussi, on a parfois couru sous la neige, mais la chaleur, il n’y a rien à faire, je n’y arrive pas. C’est donc avec beaucoup d’appréhension que je me suis retrouvée sur la ligne de départ.

Départ CCC Courmayeur

Départ CCC Courmayeur

Ma deuxième appréhension c’était la fatigue, j’ai déjà couru la nuit, mais toutes les courses que j’ai faites de nuit démarraient à 22 heures ou à minuit, pas à 9 heures du matin. Enchainer sur la nuit après une journée à courir dans la chaleur ne me paraissait à première vue pas très simple à gérer.

Après une courte traversée du très joli village de Courmayeur, on attaque directement par l’ascension de la tête de la Tronche, 1400 mètres. Il fait déjà très chaud, mais tout va bien. Brice est parti devant, je suis Alexis, mais je fais de fréquentes pauses pour boire, et je le perds de vue. Il y a beaucoup de monde. A ce moment on avance tous sans trop de problème.

Les paysages sont magnifiques, grandioses, mais une fois sortie de la forêt, il n’y a plus aucun arbre, aucun nuage dans le ciel pour se protéger de cet implacable soleil.

Vers la tête de la Tronche

Vers la tête de la Tronche

Parcours d'approche vers la montée de la Tête de la Tronche

Parcours d’approche vers la montée de la Tête de la Tronche

Au sommet, la descente est roulante vers le 1er ravitaillement, le refuge Bertone. je suis contente d’arriver, je sais qu’ensuite on a 12 kms de plat, descentes et légères montées avant d’attaquer l’ascension du grand col Ferret, au pire moment de la journée vers 14:00.

Refuge Bertone

Refuge Bertone

Je ne m’attarde pas au refuge, je veux rattraper Brice et Alexis pour ne pas courir toute seule. Je prends juste le temps d’avaler des kilos d’oranges (la pauvre dame a à peine le temps de les couper que tel un goret je les ai déjà englouties :-)), je fais le plein d’eau, et j’attaque le grand col Ferret. Le mot « attaquer » est bien exagéré, en fait je vais subir cette montée, du début à la fin, je vais en baver, j’ai soif, tellement soif, et j’ai chaud. J’ai fait le choix désastreux de courir avec un bandeau et des lunettes de soleil, mais sans casquette, du coup impossible de remplir la casquette d’eau et de me la vider sur la tête, je dois me contenter de m’asperger comme je peux quand je croise des ruisseaux.

des ruisseaux vers le grand col Ferret

des ruisseaux vers le grand col Ferret

On en est à 27 kms de course, et jamais je n’ai vu autant de coureurs arrêtés sur le côté, essayant de reprendre un peu de force.

Descente vers le refuge Bertone

Descente vers le refuge Bertone

Cette ascension va être un véritable chemin de croix et il en reste 4 derrière. J’essaie de positiver, j’écoute de la musique, mais j’ai déjà du mal.

Enfin le sommet, et une longue descente va suivre jusqu’au refuge de la Fouly. Beaucoup de coureurs marchent alors qu’on peut courir et ça m’énerve. J’ai récupéré un peu d’énergie, je veux donc arriver le plus vite possible au prochain ravitaillement pour gagner quelques kilomètres faciles. « Musculairement parlant » je n’ai aucun problème et je peux descendre en courant.

Arrivée au refuge de la Fouly

Arrivée au refuge de la Fouly

Arrivée au ravitaillement de la Fouly (42ème kilomètre), je commence à avoir très froid. Il doit faire 25 degrés. Un enfant arrose les coureurs pour les rafraichir, je n’ai aucun moyen d’éviter le jet d’eau, je suis glacée. J’ai quand même suffisamment de lucidité pour me rendre compte que je ne suis vraiment pas en forme. J’essaie de trouver une place dans une tente bondée. Je tremble de froid et je décide de ne pas rester, quelle erreur ! J’ai de l’avance sur la barrière horaire, je n’étais pas pressée.

D’autant que à ce moment là je reçois un SMS de brice « on repart de la Fouly » !! je suis dégoutée, je les ai loupés à 1 mn. Ils ont dû partir de la tente quand je suis rentrée.

En sortant, je fais un malaise, j’entends quelqu’un me dire « je travaille au café d’à côté je vais vous faire un thé, ça va vous réchauffer ». Cette jeune femme est tellement gentille, le thé est brulant, et au bout de 15 mn je commence à reprendre un peu de force.

Ce thé m’a fait un bien fou, et je repars pour la montée vers Champex. Je me cale derrière un groupe, je monte sans me poser de questions en suivant la foulée de la fille devant moi. Je ne peux ni manger ni boire, tout me dégoute. Je sais que si je n’arrive pas à m’alimenter, je ne vais pas pouvoir continuer très longtemps.

J’arrive enfin à Champex, et là, miracle je retrouve Alexis et Brice sous la tente. Le miracle est de courte durée, Alexis annonce qu’il arrête et Brice est littéralement au bout du rouleau ! Nous formons une bien belle équipe 🙂

Le temps d’attraper de quoi manger, une compote, de quoi boire, du coca, et on repart avec Brice. Je me sens de plus en plus mal… et je vomis ce que je viens de manger au bout de 10 mn. Moi aussi je suis au bout du rouleau ! Je ne peux plus manger, ni boire.

Un jeune très sympa essaie de me remonter le moral, il me dit qu’il a vécu la même chose lors de la TDS la veille (117 kms !!), qu’il a réussi à surmonter en se reposant et en buvant du coca, il m’encourage, me dit que je vais réussir à finir !

C’est incroyable tous les gens gentils que j’ai pu croiser durant cette course !

vers Trient, certains tentent de se reposer pendant la nuit

vers Trient, certains tentent de se reposer pendant la nuit

La montée vers la Giète sera ma Berezina à moi, la neige en moins, la chaleur en plus. Parce qu’il continue à faire très chaud, même la nuit ! Cette ascension est interminable, je n’ai plus de force. Seuls les japonais se couvrent, je ne sais pas pourquoi, mais c’est à peu près la seule chose qui arrive à me faire sourire. On trouve toutes les nations dans cette course, mais seuls les japonais ont passé la nuit couvert comme des oignons !! Quand on n’en peut plus, on s’amuse comme on peut avec des petits détails…

J’ai l’impression de m’arrêter tous les 100 mètres, je vois au loin les petites lumières qui m’indiquent que l’ascension est très loin d’être terminée.

On arrive quand même au sommet et on redescend vers Trient.

La course s’arrêtera là pour nous, on n’a pas réussi à récupérer et la perspective des 2000 mètres de dénivelé et des 6 heures de course restants, a eu raison de toute notre bonne volonté.

C’est dur de rendre son dossard alors qu’on est dans les temps, j’avais tellement peur de le regretter très vite ensuite. mais j’étais vraiment au bout du bout, je ne me voyais pas grimper grimper et encore grimper, sans manger, sans boire.

Sur le coup j’ai dit bien sur le classique « plus jamais ça, c’est la dernière fois »

2 jours après, je me dis que je ne peux pas rester sur un échec, que je retenterai ma chance l’année prochaine, sur cette course ou sur une autre.

On était nombreux à Chamonix, on a retrouvé des amis, des Guerriers de l’Endurance, et je voudrais féliciter chaleureusement Julie et Isabelle qui sont venues à bout de la TDS (117 kms), Antoine, qui a terminé l’OCC (55 kms), Olivier qui a terminé la CCC (101 kms), et le meilleur pour la fin,Thierry qui a surmonté un orage à 23:00 durant sa 2ème nuit dehors pour venir à bout des 170 kms de l’UTMB (4ème V3, à 10 mn du podium). Les photos qu’a pris Brice durant la course sont magnifiques, mais celle là est la plus belle, le sourire au bout de 41 heures de course, quelle classe !

Thierry à l'arrivée de l'UTMB

Thierry à l’arrivée de l’UTMB

Il y a quand même beaucoup de choses que j’ai appréciées durant cette course, et notamment la solidarité entre coureurs, dès que quelqu’un s’arrêtait sur le côté, tout le monde le réconfortait et prenait de ses nouvelles. La gentillesse des bénévoles, et aussi celle des gens sur le côté de la course.

Je pense que j’étais relativement bien préparée, sauf pour la chaleur. Après coup bien sur je me dis que j’aurais dû, que j’aurais pu repartir, mais c’est tellement facile, une fois que c’est terminé. Je n’ai toutefois pas trop de regret. Je vais tirer des leçons de mes erreurs (elles ont été nombreuses) et je reviendrai 🙂

Toutes les photos sont ici.

7 réflexions au sujet de « CCC – Courmayeur-Champex-Chamonix »

    • On s’en veut toujours d’abandonner, surtout après coup, mais ce n’était qu’une première tentative 🙂

  1. Encore bravo pour cette tentative ! Sur les ultras il y toujours difficile de maîtriser tous les paramètres. Sur la CCC vous attend l’année prochaine et moi aussi ! Xavier M.

  2. Et si vous avez besoin d’une bénévole catégorie ménagère de moins de 50 ans pour votre assistance en 2017, je suis partante!! Bravo à tous les 2!!! A très bientôt 🙂

    • Tu ne pourras pas assurer l’assistance puisque tu feras l’OCC en 2017 🙂 on va former une super équipe pour 2017 !! donc du coup il faut qu’on motive les « jeunes » pour l’assistance, mes 3 ados seront à coup sur partants !

      • Ah ah 😉 vous nous avez donné envie de vivre ça en tout cas même du côté des bénévoles car me cade et l’ambiance semblent exceptionnels!!

Laisser un commentaire